La première machine de réalité virtuelle, baptisée « Sensorama », a été créée en 1956. Morton Heilig a véritablement développé une pure expérience utilisateur en faisant appel au toucher, à l’ouïe et à l’odorat… L’explosion d’Internet et la complexité grandissante des nouvelles technologies ont donné une tout autre dimension au principe de réalité virtuelle, en repoussant toujours plus loin les limites et les champs d’application.

En quoi est-elle virtuelle cette réalité ?

La réalité virtuelle ou VR (Virtual Reality) a pour objectif de plonger l’utilisateur dans un monde simulé numériquement afin de lui faire vivre une expérience proche du réel. En lui faisant ressentir des sensations physiques, les technologies employées emmènent l’utilisateur à la découverte d’un environnement, immersif ou non immersif, où la fiction rejoint la réalité. D’ailleurs, les jeux en ligne, comme on en trouve sur lucky8, ont été les premiers à exploiter cette technologie. Celle-ci présente l’avantage d’être « responsive », car utilisable sur tout support informatique (ordinateur, smartphone, tablette tactile) avec ou sans casque immersif.

La réalité virtuelle au service des professionnels

Certains secteurs professionnels ont tout intérêt à développer des outils de réalité virtuelle pour attirer plus de clients et d’acheteurs potentiels. Voici un petit tour d’horizon sur divers services virtuels qui ont le vent en poupe.

Visiter un logement depuis son canapé

Dans le secteur de l’immobilier, faire une visite virtuelle d’un bien à 360 ° est tout à fait possible. Des techniques immersives proposent des modélisations 3D de projets de construction, des films virtuels, des captures à 360 °, des configurateurs d’espaces. Elles offrent une visualisation optimale et pleine de réalisme pour l’utilisateur, ce qui le rassure sur son acte d’achat. Des maquettes 3D, des applications 360 ° tactiles complètent ces projections par des techniques non immersives.

Découvrir les entrailles d’une chaîne de production industrielle

Exit le barrage lié aux normes de sécurité ou d’hygiène ! Avec la visite virtuelle, tout client ou partenaire, casque virtuel sur la tête, peut être transporté dans chaque étape d’un process à l’aide d’un plan schématique de la ligne industrielle ou de fiches détaillées, sans pénétrer dans la chaîne de production. Ceci est un gage de transparence pour éviter les scandales sanitaires liés à l’opacité de certains processus industriels.

Se former à l’infini

Des procédés industriels peuvent aussi être scénarisés : l’apprenant est mis en condition réelle dans un espace de travail modélisé en 3D. Ainsi, il peut manipuler et interagir avec son environnement virtuel en cas d’incidents par exemple. La situation étant reproductible à l’infini, l’apprentissage n’en est que meilleur.

Comment passer un bon moment avec la réalité virtuelle ?

Un guide touristique high-tech dans les lieux d’intérêt culturel

Avec les applications interactives, voici une autre façon de se cultiver tout en se distrayant dans les châteaux et les musées, dont certains seraient inaccessibles sans. Avec au programme des reconstitutions en 3D, des films et des jeux interactifs pour les enfants, les visiteurs de tous âges y trouveront un intérêt.

Vivre un événement sportif aux premières loges

Inutile de faire la queue aux guichets ; avec un dispositif de capture à 360 °, le spectateur virtuel peut suivre toute l’intensité d’un match en mode panoramique, et même parfois en direct, comme le propose la chaine Fox.

Somme toute, la réalité virtuelle s’est imposée comme un outil incontournable en matière de communication et d’amélioration. Sera-t-elle prochainement concurrencée par la prometteuse réalité augmentée ?